Ce que les médias de l’époque disent de l’insurrection

La désinformation ne date pas d’hier...

"Le délégué de la Commune à la direction des domaines, Auguste Fontaine, arrêté dans une maison de la rue Bonaparte, après un interrogatoire sommaire au quartier général du 2e corps d’armée, a été fusillé immédiatement". Le Figaro, 1 juin 1871

Fontaine était encore vivant en 1880...

"Le citoyen Jules Vallès, l’homme aux moyens chimiques a été vraiment lâche. Conduit à l’école militaire et placé contre un mur, il se jetait à genoux, criant grâce, se désolant de quitter la vie, se traînant de frayeur la face contre terre : on a dû le fusiller ainsi." Le Bien Public, 27 mai 1871

Jules Vallès est mort à Paris le 14 février 1885...

"Courbet a été tué dans une armoire, au ministère de la Marine". Le Figaro 30 mai 1871

Gustave Courbet est mort en Suisse le 31 décembre 1877...

"Billioray a été arrêté sur le territoire de Grenelle, il s’est défendu, crispé, roulé à terre, demandant grâce. On l’a fusillé sur place. On l’a trouvé muni d’une grande quantité de billets de banque de vingt-cinq francs". Le Gaulois, 25 mai 1871

Biliorray est mort déporté en Nouvelle-Calédonie le 27 février 1877. L’homme assassiné à sa place s’appelait Constant Mercier et n’avait jamais été partisan de la Commune...


Navigation

Articles de la rubrique