Charleville-Mézières rend hommage au poète

lundi 15 septembre 2014

La ville des Ardennes commémore cet automne le 160e anniversaire de la naissance de son fils le plus célèbre : Arthur Rimbaud, né le 20 octobre 1854

JPEG - 118.2 ko
Le Vieux Moulin sur la Meuse - Musée Rimbaud

A Charleville, plusieurs lieux rappellent le souvenir du jeune poète : sa maison natale, qui ne se visite pas (rue Pierre Bérégovoy), son ancien collège (place Jacques Félix), la maison du quai ou Maison des ailleurs, le Vieux moulin sur la Meuse, transformé en musée Rimbaud, le square de la gare (buste) et le cimetière.

Malheureusement, le moulin est fermé pour travaux de rénovation jusqu’à l’été 2015. En attendant, un espace lui est dédié dans le musée d’Ardenne (31 place Ducale). Au collège, Arthur collectionnait les prix de latin, de grec et de français. On imagine son éducation scolaire à l’image de celle de Jules Vallès évoquée dans L’Enfant. Lecteur insatiable, il dévore les ouvrages prêtés par son professeur de rhétorique, Georges Izambard, qui l’initie à la poésie. En juillet 1870, Rimbaud découvre la guerre et son cortège de destructions à Mézières.

JPEG - 37.6 ko
Buste de Rimbaud Square de la Gare

Au printemps 1871, il apprend avec enthousiasme la proclamation de la Commune à Paris. « L’Ordre est vaincu !  », lance-t-il sans guère recevoir d’écho dans sa «  ville natale supérieurement idiote ». Il envoie ses poèmes aux Parnassiens jusqu’à ce qu’un certain Paul Verlaine, enthousiasmé par Le Bateau ivre, le fasse entrer dans les cercles littéraires parisiens.


Rimbaud d’Ardenne à Aden


JPEG - 37.3 ko
Rimbaud par Ernest Pignon-Ernest

L’errance des deux poètes, à Charleroi, Bruxelles et Londres, dure de 1872 à 1875, années où Rimbaud écrit Une Saison en enfer et les Illuminations. Ses voyages le mèneront ensuite vers des horizons plus lointains : le golfe d’Aden et les hauts plateaux d’Abyssinie. Ils sont évoqués grâce à des vidéos et des hologrammes projetés sur les murs de la Maison des ailleurs (7, quai Rimbaud).

Au premier étage de cet immeuble, Rimbaud vécut de l’âge de 15 à 21 ans, en compagnie de sa mère, de son frère et ses deux sœurs. À vingt ans, il tourne définitivement la page de la poésie et entame son odyssée africaine. Ces onze années (1880 à 1891) de commerce et d’aventures sont ponctuées par une abondante correspondance avec sa famille restée à Charleville et à la ferme de Roche.

Le 10 novembre 1891, Rimbaud meurt à Marseille, à l’âge de trente-sept ans. Il est enterré au cimetière de Charleville (avenue Boutet), dans une modeste tombe où affluent aujourd’hui des milliers de lecteurs, venus du monde entier pour lui rendre hommage.

JOHN SUTTON

www.rimbaud-arthur.fr

www.charleville-mezieres.fr