Émile Digeon et la Commune de Narbonne

vendredi 16 mars 2012

On a tendance à considérer la province comme totalement réactionnaire et hostile à la Commune de Paris. Certes, de nombreux notables, représentants du grand capital, sont acquis aux idées légitimistes mais il existe, dans plusieurs régions, d’honnêtes citoyens défenseurs de la République démocratique et sociale.

Il ne faut pas oublier que le 2 décembre 1851, ce ne sont pas les grandes villes qui s’insurgent contre le coup d’État pour défendre la Constitution violée par le président de la République.

32 départements sont mis en état de siège et des troubles se produisent dans une vingtaine d’entre eux. Si les Basses Alpes est le seul département qui tombe tout entier dans les mains des opposants, l’agitation néanmoins est extrême dans le Sud-Est, le Sud-Ouest et le Centre. L’Aude ne fait pas exception à cette poussée de fièvre révolutionnaire pendant le règne de Napoléon III. Au dernier plébiscite de Badinguet, le 8 mai 1870, Narbonne va répondre par 1917 « Non » contre 1494 « Oui ».

Un homme jouera un rôle prépondérant dans ce département, il se nomme Émile Digeon.

Il est né le 7 décembre 1822 à Limoux (Aude) fils de Joseph, Louis, Etienne, Stanislas Digeon, avocat, et d’Emilie, Elisabeth Barthe, son épouse. Émile Stanislas Digeon affirme, très jeune, ses convictions socialistes et révolutionnaires. Lors du coup d’État du 2 décembre 1851, il sera arrêté ainsi que son père. Rivés à la même chaîne, ils sont déportés en Algérie et soumis au régime des bagnards. Ils réussissent pourtant à s’évader en bateau [1], espérant pouvoir débarquer en Catalogne, mais la tempête les fait échouer aux Baléares. Émile Digeon s’installe à Palma de Majorque où sévit alors une épidémie de choléra. Il participe à la lutte contre ce fléau. La maladie vaincue, le consul de France voulut lui décerner la Légion d’Honneur. Il refusa la décoration, estimant que seul l’évêque de Palma méritait cette récompense pour avoir fait son devoir pendant la terrible maladie alors que son clergé avait pris la fuite et l’avait lâchement abandonné. Cette attitude du libre penseur avéré mérite d’être signalée pour son panache. Digeon père et son fils Emile exercèrent des emplois juridiques et journalistiques à Palma leur assurant un revenu confortable. Le 4 septembre 1853, Emile Digeon épouse Hélène Chaussat, veuve de Basile Canut, lui aussi d’origine française.

Emile Digeon

UN RÉPUBLICAIN RÉVOLTÉ

En janvier 1870, à l’avènement du ministère Émile Ollivier, Émile Digeon rentre en France, profitant des quelques mesures dites «  libérales » du nouveau ministre. Il sera rédacteur de La Fraternité de Carcassonne dont son ami Marcou, ancien proscrit, est le rédacteur en chef.

Dans l’Aude, ce sont les divergences idéologiques qui opposent les républicains avancés aux opportunistes de diverses obédiences. Le conflit entre l’équipe Marcou-Digeon et les frères Raynal est représentatif de l’orientation politique du département le 4 septembre 1870.

A Narbonne, après la proclamation de la République, les frères Raynal, anciens exilés, rêvent d’occuper la scène politique. L’aîné, adjoint au Maire, ceint l’écharpe municipale et parcourt la ville suivi par une foule à l’enthousiasme irréfléchi.

Le 5 septembre, Marcou qui exerce les fonctions de préfet, nomme Gayraud maire de Narbonne, et le docteur Fernand Digeon, frère d’Emile, secrétaire général du département de l’Aude. Le 6 septembre, Théodore Raynal prend possession de la sous-préfecture et quelques jours plus tard, il est nommé préfet de l’Aude par le gouvernement provisoire.

Marcou, de son côté, organise la garde nationale pour défendre la patrie et la République. Gambetta exige que Marcou remette ses pouvoirs à son protégé Théodore Raynal et le 13 septembre, ce dernier reprend ses fonctions à la Préfecture malgré les protestations de Marcou dont Gambetta ne se soucie guère. Marcou, contraint de se retirer, en conservera beaucoup d’amertume.

Pendant la période où l’armée prussienne a envahi la France et jusqu’à la capitulation de Paris, le 24 janvier 1871, l’activité politique à Narbonne est concentrée au club Lamourguier [2]. Ce temple de la démocratie avancée sera bientôt transformé en club de la Révolution. Au club Lamourguier, Raynal cadet tente de justifier sa conduite trompeuse mais il doit s’éclipser sous les huées d’un public devenu plus clairvoyant et il donne sa démission au préfet.

Le mécontentement des républicains sincères allant grandissant, ils envoient une lettre au citoyen Digeon à Carcassonne pour le prier de se rendre dans le plus bref délai à Narbonne « afin d’y proclamer la Commune centrale de l’arrondissement avec union au gouvernement de Paris. »

Le 23 mars 1871, à sept heures du soir, Digeon arrive à Narbonne. Le matin du 24, Antoine Raynal, premier adjoint, en l’absence du maire, refuse de convoquer le conseil municipal malgré l’insistance du jardinier Limouzy, lui-même conseiller municipal et principal collaborateur d’Émile Digeon.

LA COMMUNE DE NARBONNE

Vers 8 heures du soir de la journée du 24 mars, une foule déchaînée envahit l’Hôtel de Ville. Digeon prend alors la direction des opérations et s’installe avec ses principaux partisans dans la mairie. Il se présente au balcon de l’édifice communal et proclame la constitution de la Commune de Narbonne. Le drapeau rouge remplace le drapeau tricolore.

Pour s’opposer aux insurgés, les autorités versaillaises disposent des 1500 hommes du 52e de ligne placés en position d’attaque sur la place de l’Hôtel de Ville et dans la rue de la Poissonnerie. Les soldats mettent la crosse en l’air, les officiers sont rapidement désarmés et faits prisonniers. Les frères Raynal subissent le même sort. Après avoir pris possession de la sous-préfecture au nom du peuple, le citoyen Nègre, à la tête de 40 gardes, surveille l’édifice. Digeon ordonne au chef de gare et au chef de la station télégraphique de ne reconnaître qu’une seule autorité, celle de la Commune.

L'Hôtel de Ville de Narbonne vers 1900La journée du 27 mars est assez calme ; des délégués des communes environnantes viennent donner leur adhésion à la Commune de Narbonne et demander des instructions. De son côté, le préfet de l’Aude, M. Trinchant, resté fidèle à Versailles, n’admet pas la nomination de Digeon et se montre insolent à son égard.

Le 28, les insurgés s’emparent de l’Arsenal. Ils font prisonniers les soldats qui le gardent et récupèrent quelques armes et cartouches. Pour empêcher les Versaillais de recevoir des renforts, Digeon fait enlever les rails du chemin de fer dans toutes les directions, sans intervention des gendarmes qui protègent la gare. Mais il est déjà trop tard. Digeon est prévenu de l’arrivée de deux compagnies de Turcos en provenance de Perpignan. Il fait renforcer les postes de défense, mais en vain : les renforts versaillais se poursuivent le 29 et le 30.

LA DÉFAITE

L’arrivée du préfet et du procureur général est accompagnée par la présence de leurs délégués : Marcou, maire de Carcassonne, Auguste Claron et Isidore Roques, conseillers municipaux de Limoux. Ces derniers sont chargés d’informer les assiégés sur les décisions prises : amnistie générale s’ils évacuent l’Hôtel de Ville avant le commencement des hostilités. Quant au chef de la Commune, il disposera de 24 heures pour passer à l’étranger.

Digeon réunit un conseil de guerre pour délibérer sur cette proposition. Elle est rejetée à l’unanimité moins deux voix. Le général Zentz, vers minuit, fait occuper l’entrée opposée des rues barricadées. Le 31 mars, à 3 heures du matin, un détachement de Turcos se trouve à peu de distance de la barricade de la rue du Pont. Digeon fait doubler les postes de défense. Quelques gardes veulent fraterniser avec les Turcos. Ils sont accueillis par une fusillade qui fait deux morts et trois blessés.

Digeon écrit au général Zentz afin d’obtenir une ambulance pour le transport des blessés. Aucune réponse du commandant des forces de Versailles qui a menacé par affiche de faire bombarder l’Hôtel de Ville. « Votre conduite dictera la mienne, riposte Digeon. Vous menacez ceux qui se sont levés, en définitive, pour défendre la République contre les entreprises des factions monarchiques de Versailles.  »

Le général, exaspéré, donne l’ordre de ne pas épargner l’eau de vie aux Turcos, les autorisant à massacrer « les bandits » de l’Hôtel de Ville. Le procureur général renouvelle sa proposition d’amnistie à tous ceux qui évacueront la mairie avant les hostilités, mais en même temps, il avance dans la rue du Pont accompagné de deux détachements, l’un de soldats du génie, l’autre de Turcos.

La Gare de Narbonne vers 1900Digeon proteste contre la violation des conditions présentées par le délégué du procureur général, le médecin Marty. Il est prêt à se retrancher dans le cabinet du maire quand plusieurs de ses partisans l’emmènent de force dans une maison de la rue du Pont pour le soustraire à la furie des Versaillais. Il refuse de prendre la fuite et écrit au procureur général qu’on peut venir l’arrêter.

Des mandats d’arrêt sont lancés et suivis rapidement d’exécution. Les citoyens impliqués sont enfermés avec des voleurs et Digeon jeté dans un cachot infect. Les interrogatoires commencent rapidement ; ils seront terminés le 23 avril 1871.

Il est intéressant de relater le récit des événements par le capitaine Pérossier de l’armée gouvernementale car il a participé très activement à la répression de la Commune de Narbonne. Il décrit les journées de l’insurrection à sa manière d’ultra-réactionnaire qui se prétend lettré. Il est plein de haine pour « la trahison » de nombreux soldats du 52e de ligne et approuve «  la razzia de nos bons Turcos ». Il recevra la légion d’honneur pour sa brillante conduite… Il décrit les faits avec un humour perfide qui n’épargne pas les hommes du 4 septembre 1870, tels que Gambetta et ses partisans, même s’ils sont hostiles à la Commune. Très curieusement, Pérossier, qui deviendra plus tard colonel, sera mainteneur des Jeux Floraux (le mainteneur est un dignitaire des Jeux Floraux de Toulouse).

LES PROIES

Mais revenons aux détenus de la prison de Narbonne. Enchaînés deux à deux, ils sont conduits à la gare entre deux files de 24 gendarmes appuyées d’une compagnie de Turcos.

Ils ont appris avec stupéfaction qu’ils vont partir pour la prison de Rodez alors qu’ils pensaient être envoyés à Montpellier. La Cour d’assises de l’Aude ayant été dessaisie du jugement de l’affaire pour cause de suspicion légitime, en réalité pour éloigner le plus possible les accusés de leurs témoins à décharge.

Le 13 novembre 1871, les insurgés sont conduits au palais de justice de Rodez. Ils sont accusés d’avoir, à Narbonne, du 24 au 31 mars 1871, fait partie d’une bande armée, «  laquelle a exécuté un attentat ayant pour but de détruire ou de changer le gouvernement, et d’exciter à la guerre civile, en portant les citoyens ou les habitants à s’armer les uns contre les autres… ».

Les débats se déroulèrent jusqu’au 18 novembre à 4 heures du soir, sous la présidence de Dellac, conseiller à la cour d’appel de Montpellier. Les principaux accusés étaient Digeon, le chef de l’insurrection, Bouniol, Nègre et Montels. Maître Louis Mie, du barreau de Périgueux, présente la défense de Digeon, mais ce dernier se défendit souvent lui-même, revendiquant hautement la responsabilité de ses actes et exaltant son idéal révolutionnaire.

Au président du tribunal qui conteste à Digeon le droit à l’insurrection, le prévenu riposte : « Personne ne déteste plus que moi la guerre civile. Mais il est une chose que je déteste plus que la guerre civile, c’est la tyrannie.  » Le président lui reproche alors d’avoir arboré le drapeau rouge. Il répond : «  Le drapeau rouge est mon drapeau depuis que le drapeau tricolore a été souillé à Sedan. »

Le capitaine Blondlat du 52e de ligne déclare : «  Digeon peut être un exalté, mais il est convaincu, honnête, courageux, énergique et, à notre égard, il s’est montré d’une prévenance sans bornes et d’une exquise délicatesse  » (le capitaine Blondlat fait allusion aux officiers du 52e pris en otage).

Le réquisitoire de l’avocat général Maître Gourant de la Baume est haineux. Il évoque la menace du spectre rouge pour impressionner le jury qui n’est pas ébranlé par ses propos délirants. Après une heure et demie de délibérations, Émile Digeon et les autres accusés sont acquittés. « Vive la République ! » crie la foule qui stationne devant l’hôtel où Digeon va prendre un repos bien mérité.

Émile Digeon retourna à Mallorca pour retrouver sa femme, régler ses affaires et prendre du recul par rapport aux événements qui ont bouleversé la France et l’Europe. Malgré son absence, les Narbonnais sont restés fidèles à ses traditions humanistes. A la veille de l’amnistie totale de 1880 et grâce à l’appui du conseil municipal de leur ville et du député de l’Aude M. Bonnel, ils finissent par obtenir l’amnistie des condamnés par contumace et des malheureux soldats du 52e de ligne qui pourrissaient dans les bagnes.

Entre 1880 et 1885, sa décision est prise : Digeon revient définitivement en France. Sa femme est restée à Palma et il semble qu’à partir de cette période, l’harmonie du couple soit brisée.

L’ANARCHISTE

Auteur de nombreux articles et brochures sur le mouvement libertaire, Émile Digeon fut un grand ami de Louise Michel et il l’accompagne souvent dans ses réunions. Elle s’était réjouie de sa conversion : «  Brave Digeon, il avait vu tant de choses qu’au retour de Calédonie, nous l’avons trouvé anarchiste, de socialiste autoritaire qu’il avait été, sa grande intégrité lui montrant le pouvoir comme la source de tous les crimes entassés contre les peuples. »

Malade et oublié même par ses amis, Émile Digeon a passé ses dernières années à Trèbes, dans l’Aude. Il y est mort le 24 mars 1894, jour anniversaire de la proclamation de la Commune de Narbonne. Pour ses obsèques, il avait demandé que la seule cérémonie fût la lecture de son testament révolutionnaire.

Jusqu’au bout, il avait mis en garde les travailleurs contre tous ceux qui flattent le peuple pour mieux le duper : «  (…) Au point de vue social, je regarde comme nuisibles à l’humanité tous les individus qui aspirent à gouverner les autres, sous une forme quelconque et surtout ceux qui causent la misère des travailleurs en accaparant les richesses que ces derniers produisent (…)  ».

MARCEL CERF


[1On ne possède pas de renseignements précis sur les conditions exactes de cette évasion qui semble miraculeuse.

[2Les séances du club se tiennent dans l’église Lamourguier désaffectée (aujourd’hui musée lapidaire). Le 12 mars 1871, Digeon y prend la parole pour réclamer l’armement de la garde nationale et glorifier le drapeau rouge.