Le gouvernement du peuple par le peuple

lundi 27 mai 2013
par  Pierre

JPEG - 102.2 ko
Proclamation de la Commune devant l’Hôtel de Ville le 28 mars 1871

Les événements, qui se sont déroulés
au long des 72 jours de la Commune
de Paris, ont marqué les 142 dernières
années, avec une oeuvre toujours
au coeur de l’actualité telle la démocratie
dont nous avons fait, comme l’illustre notre carte
d’adhérent, le thème de l’année 2013.

La Commune a proposé en son temps et pour
la première et unique fois de notre histoire,
une organisation démocratique permettant de
parvenir à la justice sociale.

Le Comité central de la Garde nationale, installé
à l’Hôtel-de-Ville depuis le 18 mars, précise que
les membres de l’assemblée municipale, sans
cesse contrôlés, surveillés, discutés par l’opinion,
sont révocables, comptables et responsables.
Elle implique les citoyens dans l’organisation
du travail en mettant en oeuvre la cogestion
des ateliers abandonnés par les patrons.

Le principe de la Commune c’est l’initiative et
l’action du peuple. C’est ainsi que les citoyens
du XIe arrondissement décident de brûler les
deux guillotines. Il faut aussi établir une justice
égale et gratuite. Enfin, la Commune est favorable
à l’élection des juges.

Les femmes se prononcent sur la nécessité de
faire cesser l’exploitation des êtres humains dans
le domaine du travail et réclament l’égalité des
salaires. Elles déclarent « nous ne voulons plus de
maîtres, plus d’exploiteurs » et imposent une école
gratuite et laïque pour tous, garçons ou filles.

Le gouvernement du peuple par le peuple,
c’est la démocratie la plus authentique qui ait
jamais existé à travers l’histoire, une démocratie
directe reposant sur la citoyenneté active.
Quelle remise en cause de la délégation de
pouvoir et de la bureaucratie !

Aujourd’hui, le monde subit les conséquences
dramatiques de la puissance de la finance : les
entreprises ferment, le chômage atteint des
sommets, la précarité ne cesse d’augmenter,
les droits des travailleurs sont bafoués. Les
retraites, les services publics, l’assurance chômage,
la réglementation du travail, la sécurité
sociale, tous les domaines sont touchés.

Il est temps aujourd’hui, dans l’esprit de la
Commune de Paris, en tenant compte des bouleversements,
des besoins de tous, de bâtir
une vraie démocratie et nous invitons les associations,
syndicats, partis politiques, qui se
reconnaissent dans la Commune, à rappeler ses
valeurs en participant nombreux à la montée
au Mur des Fédérés, le 25 mai 2013.

« Quand nous pourrons avoir les yeux partout
où se traitent nos affaires, partout où se préparent
nos destinées, alors, mais alors seulement,
on ne pourra plus étrangler la République
 »,
(Appel du comité central de la Garde nationale
pour les élections de la Commune).

JOËL RAGONNEAU


Navigation

Articles de la rubrique