Les 140 ans de la Commune à Auch

mercredi 23 mai 2012
par  Pierre

Créé pour l’occasion, le tout jeune
comité local des Amis de la
Commune de Paris
a été à l’initiative
de nombreuses manifestations
tout au long du mois de novembre
2011 dans la capitale gersoise.

Pas moins de trois expositions, deux conférences
et deux spectacles ont été présentés à
la population.

Tout d’abord, au Merle Moqueur, bar à vins bouquiniste
du centre ville et siège de notre
association, une exposition sur « la Commune en
images
 » a rassemblé des affiches, des journaux
(originaux et reproductions) et des gravures sur
le sujet. L’inauguration s’est faite en chansons
avec un concert des Fleurs du Mâle, groupe bien
connu des auscitains qui nous ont régalés de
leurs chansons réalistes et dansantes.

L’exposition « Les arts pendant la Commune de
Paris
 » était, elle, présentée à la librairie les
Petits Papiers pendant une quinzaine de jours.
C’est dans ce cadre que nous avons reçu
Maxime Jourdan, historien et sociologue,
qui est venu présenter à une nombreuse
assistance (plus de 50 personnes) son
ouvrage, un des classiques de la littérature
communarde : Mes cahiers rouges, souvenirs
de la Commune
de M. Vuillaume, édités
pour la première fois dans leur intégralité.

Enfin, s’est tenue au Centre Cuzin (une
église désaffectée) l’exposition sur « l’histoire
de la Commune de Paris
 » où, pendant une
semaine nous avons reçu un public nombreux
et enthousiaste. Des vitrines avec des objets
agrémentaient l’espace ainsi qu’une importante
table de presse qui a eu beaucoup de
succès. La pétition sur la réhabilitation des
communards a reçu de nombreuses signatures.
Plus de 200 personnes nous ont rendu visite.

Deux groupes scolaires sont également venus.
Une conférence animée par Yves Lenoir sur
«  l’histoire et l’oeuvre de la Commune de Paris »
est venue compléter cette manifestation. Cette
dernière semaine s’est conclue par un spectacle
en chanson autour de Gaston Couté qui a
rassemblé plus de 80 personnes. A noter
qu’une magnifique barricade avait été montée
et qu’un mannequin, habillé en garde national
armé de son chassepot, semblait veiller sur cet
espace où flottait le drapeau rouge !

Cette première initiative a été un véritable
succès. Pas moins de douze articles de presse
ont rythmé ce mois de manifestations. Le
public a été présent, enthousiaste et nous a
encouragés dans notre démarche.
Parions que nos prochaines manifestations
auront autant de succès !

ROBERT ABILA

110ème anniversaire de la mort de Prosper-Olivier Lissagaray

Le 19 novembre 2011, le comité du Gers
des Amis de la Commune de Paris a
célébré l’anniversaire de la disparition
de Prosper-Olivier Lissagaray (1838-1901).

Né à Toulouse, il n’en reste pas moins issu du
berceau familial de Vic-Fezensac au château du
Cruzat-Pimbalet, non loin d’Auch dans le Gers. Ce
Gascon au tempérament fougueux, toujours prêt
à poser la plume pour prendre l’épée dans un
duel, occupe une place originale dans l’histoire
politique de la seconde moitié du XIXe siècle.
Journaliste, républicain, libre penseur,
écrivain et acteur de la Commune
de Paris (il fut un des derniers à combattre
sur la dernière barricade nous
dit la légende), son ouvrage sur le
sujet reste une référence incontournable.

Dans le département, il dirigea
L’Avenir, journal démocratique du Gers
et des Hautes-Pyrénées.
Réunis autour de la stèle élevée en
1901 en son honneur au Jardin
Ortholan, au centre ville d’Auch, une
trentaine de personnes ont écouté les
interventions de la Libre Pensée du Gers
et de notre association.

Après une minute de silence dédiée aux
victimes de la répression versaillaise, un hommage
en chansons a été rendu aux communards.
Le public s’est joint à nous pour chanter Le
Temps des cerises
, La semaine sanglante et bien
sûr La Commune n’est pas morte !

Cette manifestation s’est terminée autour d’un
communard et nous avons salué la mémoire
de ce « Mousquetaire de la Sociale » qu’était
Prosper-Olivier Lissagaray.

R.A.


Navigation

Articles de la rubrique