Nos Amis berrichons

mardi 17 septembre 2013
par  Pierre

Assemblée générale des Amis berrichons

Le territoire de militantisme historique
s’étend sur deux départements
pour les Amis berrichons de
la Commune de Paris. Les kilomètres
à parcourir pour se réunir sont donc importants,
et les séances ne rassemblent jamais un
nombre pléthorique de membres. Françoise
Bazire, secrétaire nationale, a tenu à être présente
(et nous sommes heureux de sa visite) le
30 mars dernier, pour l’assemblée générale, dans
les locaux de la Fédération des Œuvres Laïques
du Cher à Bourges. Le quotidien local Le Berry
républicain en a rendu compte. Parmi les présents,
un nouvel adhérent. Le rapport d’activités
du président rappela l’apport de dizaines de
signatures berrichonnes pour la réhabilitation
des communards, la participation et la vente de
livres et brochures à différents salons( Bourges,
Vierzon) ou rassemblements locaux. Pour le
salon de Vierzon, l’impulseur-organisateur en fut
Roger Coulon, ancien maire de Vierzon, membre
de notre association. Projection du DVD La commune
d’Oaxaca (Mexique), en présence de la
réalisatrice Emilienne Tempels (Anderlecht) ;
participation à des expositions et films dans
l’Indre ; participation, le 11 novembre 2012, à
un rassemblement pour la réhabilitation des
mutins de 1917, à Fourchambault (58), dans la
logique de nos démarches de réhabilitation ; participation
du président M. Pinglaut et du viceprésident
J. Annequin à diverses manifestations
organisées par l’Association Nationale des Amis
de la Commune.

Les projets 2013 sont nombreux.
Continuer à participer au mieux aux réunions
nationales (séances statutaires, journées
d’études, Paris communard, banquet, fête de la
Commune), projet de réunions de « café communard
 » à Châteauroux, exposition Edouard
Vaillant à Vierzon, intervention à la radio (France
Bleue Berry, Radio Résonance), recherche d’archives
(Louise Michel, à St Amand-Montrond,
devant 2 000 personnes, Salvador Daniel, les
frères Okolovitch) …, et en août 2013 : rencontres
en Brenne (36) avec les amis marseillais de
la Commune, une plaque pour Gabriel Ranvier à
Baugy (18) (et non à Bougy-Calvados, comme
indiqué dans certaines biographies erronées).

La journée s’est achevée dans un restaurant
typique des Marais de Bourges.

GABRIEL RANVIER AURA SA RUE À BAUGY

JPEG - 29 ko

C’était inscrit dans les projets 2013 des Amis
berrichons de la Commune que Gabriel Ranvier ait
sa rue à Baugy où il est né le 8 juillet 1828. C’est
désormais chose faite sur le principe. Une délégation
qui comprenait le président, le secrétaire, le
trésorier et son épouse a rencontré le maire de
Baugy, Francis Guillemin, le 22 mai dernier. Le vendredi
31 mai, le conseil municipal de Baugy (18) a
voté, à l’unanimité, le principe d’une rue Gabriel
Ranvier, pour desservir de nouveaux logements.

Le dossier présenté par les Amis berrichons faisait
état de la présence de Ranvier dans le dictionnaire
Robert des noms propres, de la parution
primordiale du livre d’Alain Dalotel, Le Christ de
Belleville (malheureusement épuisé), cité sur le
site Internet des « Arts Balgyciens » avec un
commentaire favorable de l’ancien conseiller
général du canton, M. Michel Renoux, de la brochure éditée par le Cercle
Généalogique du Haut Berry ;
de la plaque commémorative
apposée dans la mairie du XXe ;
du portrait dressé par Jules
Vallès dans L’Insurgé, de la
citation du Maitron, de la prise
de position du syndicat de la
magistrature pour la réhabilitation
des communards, de la présence
de plaques commémoratives
de rues ou établissements
scolaires pour d’autres communards
en Berry et ailleurs (Louise
Michel, Ferdinand Gambon, Félix
Pyat, Edouard Vaillant) ; des
conférences données en Berry
depuis de nombreuses années
sur Ranvier, communardes et
communards (ajoutons-y Rossel
qui tint garnison à Bourges) ;
une exposition Ranvier à la
bibliothèque de Baugy…

L’action courageuse, sociale,
philosophique de Ranvier, pendant
la Commune a été mise en
avant. La reconnaissance des
descendants de Gabriel Ranvier
n’a pas été oubliée. Nous en
reparlerons, dans quelques
mois, lors de la pose de la
plaque.

MICHEL PINGLAUT


Navigation

Articles de la rubrique