Yves Lenoir, notre ami

samedi 10 décembre 2016

C’est, toutes et tous, avec une grande tristesse que nous avons appris au cœur de l’été le décès d’Yves Lenoir.
D’Yves nous savions tous qu’il était un ami chaleureux, toujours prêt à contribuer à la vie de l’association. Et nous avons des souvenirs de moments fraternels ou joyeux (comme ce restaurant plutôt cossu de Besançon où nous entamâmes à quatre, dont Claudine, sa compagne
depuis trente ans, une bruyante Internationale !).
Mais j’aimerais d’abord en dire plus sur la vie de cet homme intègre, de ce militant dévoué à la cause du droit et de la justice.

Yves était Normand et était resté attaché à cette origine. Sa maison de Coutances lui tenait toujours beaucoup à cœur ; et il aimait à plaisanter sur l’humidité de cette région ! Chez lui, le sourire n’était jamais loin. Né en 1935 à Orval dans la Manche, de parents petits métayers, excellent élève, il doit tôt aider aux travaux des champs dans une famille qui compte 5 enfants. Plus tard, cependant, il rejoindra le lycée professionnel de Coutances, où il prépare et réussit un CAP de comptabilité. Inscrit ensuite à la faculté de droit de Caen, il y obtient la capacité en droit en 1960.
Après avoir travaillé à la sécurité sociale des agriculteurs, puis à Paris aux allocations familiales, il va travailler au journal La Terre, au service comptabilité. Il devient journaliste, assurant le remplacement du rédacteur en chef durant les périodes de vacances, et responsable de la page matériel agricole.
Bon vivant, il avait choisi pour les pages magazine la rubrique des vins et des fromages !

En 1997, le journal (avec le secteur agraire du PCF et le Secours populaire), décide d’une action de solidarité vers un village au Mali (région de Kayes). Il organise avec un groupe d’agriculteurs, lecteurs du journal, l’alimentation en eau du village. Sous forme de coopérative, une culture maraichère est mise en place. Les femmes du village organisent la distribution des récoltes. Ainsi une centaine de personnes sera concernée par ce secteur coopératif.

Ces dernières années, il se passionnait pour les Brigades internationales. Il avait rejoint l’ACER (Amis des combattants en Espagne républicaine) en 2010.
Il assurait un lien efficace entre nos deux associations. Il venait de faire un article pour notre bulletin sur le bataillon Commune de Paris qui participa à la bataille de l’Èbre. Yves avait ainsi de nombreux engagements militants auxquels il resta fidèle toute sa vie.

JPEG - 16.5 ko
Yves dans Le Rendez-vous du 18 mars

En 1993 il adhère aux Amis de la Commune. C’est là que je l’ai connu, d’abord lors des réunions de la coordination, puis lors des réunions de la commission Culture de notre association. Il fut un des hommes-clés des Amis pendant ces vingt dernières années, où il mena de très nombreux projets. Comme avec la commission patrimoine, la recherche d’une stèle en hommage à un groupe de Fédérés à Bièvres, ou encore lors de l’organisation avec Marcel Cerf de la première visite collective à Satory. Il avait aussi tenu à être membre du comité du Luxembourg dont il avait accompagné les premiers pas en 1995 et assuré le suivi. Il fut à l’origine de notre fête annuelle de la Commune. Il accepta de gérer les finances de notre association. Il fut aussi un responsable de la commission culture sachant l’animer avec un souci de l’écoute et de la démocratie. Mais toutes et tous savaient aussi que lorsque Yves donnait son point de vue, c’était toujours avec des arguments fondés !

Il fut aussi un animateur actif et infatigable du Bulletin de notre association. C’est ici l’occasion de rappeler qu’Yves fut aussi un fin historien de la Commune, alliant une solide érudition à l’exigence de vérité des faits. Sans souci d’exhaustivité, rappelons, « A l’avant-garde de la démocratie sociale » – « La Commune et la Première Internationale » – « Garibaldi et l’armée des Vosges » – « La garde nationale en 1870-1871 » –« Olivier Souêtre, chansonnier breton et communard » – « Les fusillés de Bièvres, avant-garde de la colonne Duval ? » – « Henri Mortier, modeste mais efficace élu de la Commune » – « La Commune une république laïque » – « Jean-Baptiste Dumay » – « La Commune au Creusot » – « Lyon et la Commune » – « La Commune de Toulouse »…

Jusqu’au bout Yves aura contribué au rayonnement de notre association, jusqu’au bout Yves se sera battu pour que les valeurs de la Commune soient largement partagées, ces valeurs d’égalité, de solidarité, de justice en lesquelles il croyait, mais aussi qu’il pratiquait avec une rare humanité.

JEAN-LOUIS ROBERT


Navigation

Articles de la rubrique