jeudi 2 mai 2019

Montée au Mur des Fédérés samedi 25 mai 2019

APPEL À LA MONTÉE AU MUR DES FÉDÉRÉS

La Commune au présent

Affirmer nos idéaux de démocratie, de progrès social, ainsi que notre détermination à combattre la haine, le racisme, la xénophobie, c’est réaffirmer notre attachement aux idéaux de la Commune.

Avec une durée trop brève - 72 jours - les expériences mises en oeuvre durant les semaines de la Commune de Paris ont ouvert de nouvelles perspectives qui, par bien des aspects, restent très actuelles.

Quand un président de la République se fait élire en promettant de réduire la fracture sociale et de consulter le peuple si besoin, mais renie aussitôt ses engagements, comment ne pas penser à la Commune de 1871 qui imposait à ses élus le principe de révocation ?

Quand des lois liberticides transforment les travailleurs immigrés en clandestins, destinés à remplir les charters de la honte, comment ne pas évoquer la Commune de 1871 qui accueillait dans ses rangs des travailleurs luxembourgeois, belges, italiens, qui confiait l’équivalent du premier ministère du travail à un ouvrier hongrois et le commandement de ses armées à deux généraux polonais ?

Quand l’intégrisme impose sa chape de plomb à plusieurs pays, comment ne pas rappeler que la Commune de 1871 décrétait la séparation de l’Église et de l’État, instituait l’école laïque, gratuite et obligatoire, ouvrait la voie à l’émancipation des femmes ?

Et nous pourrions multiplier les exemples...

Il ne s’agit pas bien sûr de chercher dans son oeuvre des recettes toutes prêtes ; mais faire connaître ce moment glorieux de l’histoire de notre peuple peut faciliter la recherche de solutions novatrices aux problèmes d’aujourd’hui.

Les travailleurs, aujourd’hui comme en 1871, ont de nombreuses raisons de se révolter. En participant massivement le 25 mai à la montée au mur des Fédérés pour commémorer « cet espoir mis en chantier », vous manifesterez votre volonté de suivre les traces des communards qui montèrent à « l’assaut du ciel ».

Rendez-vous le samedi 25 mai 2019, à 14h30,
à l’entrée du cimetière du Père-Lachaise,
rue des Rondeaux, Paris XXe, métro Gambetta.

Lire les signataires de l’appel


Nous vous invitons à signer la pétition VITE UNE STATION DE MÉTRO « COMMUNE DE PARIS 1871 » :

https://www.change.org/p/ratp-vite-une-station-de-m%C3%A9tro-commune-de-paris-1871

Version papier de la pétition


Le bulletin trimestriel


Articles les plus récents

mardi 7 mai 2019

LA PROVINCE ET PARIS
2. LE TEMPS DE LA COMMUNE

Cet article est le second volet d’une mise en perspective des rôles respectifs de la province et de Paris dans les mouvements de protestation et les révolutions du XIXe siècle. La première partie a (...)

mardi 7 mai 2019

LE LUXE COMMUNAL

« Enfin par la parole, la plume, le crayon, par la reproduction populaire des chefs d’œuvre, par l’image intelligente et moralisatrice qu’on peut répandre à profusion et afficher aux mairies des plus (...)

mardi 7 mai 2019

COURBET DANS LA COMMUNE

1. VERS LA MINORITÉ
Dans l’ardente participation de Courbet à la Commune, on distingue nettement deux périodes, avant et après le 16 avril 1871. Dès les premières élections, le 26 mars, il s’était (...)

mardi 7 mai 2019

LE CAS FÉLIX RÉGAMEY

ou comment déterminer si un artiste a été communard ? L’exposition récente, au Petit Palais, des artistes français en exil à Londres (1870-1904) a permis de mettre en lumière l’importance de ceux qui (...)

mardi 7 mai 2019

André Gill "Idylle" décembre 1871

D’André Gill (1840-1885), ami de Vallès et membre de la Fédération des artistes en 1871, on connaît surtout les caricatures, qui font de lui une figure incontournable de la presse politique de la fin (...)