Florence Regourd, Marie-Augustine Gaboriaud. Une Vendéenne dans la Commune de Paris, Vent des Lettres (VDL), 2021. 

Marinette Delanné, Au bagne de Nouvelle-Calédonie, Éditions du Petit Pavé, 2021.

Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, L’Amourier éditions, 2021.

Volito, Le temps des cerises, 2021.

Eugène Émile Robinet, Journal de prison d’un communeux. Éd. Dittmar, 2020.

Stefano Siviero, La Commune de 1871 : un voyage dans Paris. Douze promenades dans Paris communard, L’Harmattan, 2021.

Vive la Commune !, Collection Never Forget, Éditions Krasnyi, 2021.

 

Une vendéenne dans la Commune

Florence Regourd, Marie-Augustine Gaboriaud. Une Vendéenne dans la Commune de Paris, Vent des Lettres (VDL), 2021. 

Florence Regourd, Marie-Augustine Gaboriaud. Une Vendéenne dans la Commune de Paris, Vent des Lettres (VDL), 2021.

Voici un roman historique où l’héroïne a vraiment existé. Florence Regourd, professeure d’histoire, a choisi cette for­mule pour nous projeter dans la vie de Marie-Augustine Gaboriaud (1835-1882) née en Vendée, haut-lieu de la contre-révolution, chez les chouans. Sa famille de journa­liers évoque les souvenirs de ces temps de guerre civile autant que de religion. Élevée par sa grand-mère qui lui racontait l’histoire, elle se fait très tôt une idée de l’injus­tice. Avec, dans cette vie pay­sanne, le souvenir du temps des Lumières, mais aussi des exécutions et massacres en 1794.

Marie-Augustine en fut impré­gnée. Elle a envie de partir et de tenter sa chance à Nantes, où elle se marie en 1867 avec un tailleur de pierres. Ils déci­dent d’aller à Paris, où on trouve facilement du travail avec les grands travaux d’Haussmann. Ils vivent dans le XIe et le XIIe, quartiers très populaires où s’affaire un petit peuple au carrefour de l’artisanat et du compagnonnage ; le proléta­riat sous le Second Empire, en 1870, compte deux millions de Parisiens dont 400 000 ouvriers, employés et artisans. Beaucoup de provinciaux s’y retrouvent, se mêlent aux discussions nour­ries et adhèrent aux idées de la Commune.

Quand la Prusse attaque, ces travailleurs s’organisent dans chaque arrondissement.

Marie-Augustine n’est pas une pétroleuse, mais elle participe à la lutte contre les versail­lais. Arrêtée, on suit son des­tin de prisonnière à Auberive (Haute-Marne), où elle ren­contrera Louise Michel qui la cite à ses côtés dans ses Souvenirs, puis dans les forts malsains en attente d’un bateau, avant partir pour la déportation en Nouvelle-Calédonie. Là, ce fut la joie d’y retrouver son mari et de pouvoir vivre ensemble. Le pouvoir colonial en profite pour accaparer des terres kanak : cinq cents hectares répartis entre 900 hommes. Marie-Augustine, avec ce petit bout de terre, arrive à organiser sa vie avec son mari. Seulement, voilà que le peuple kanak se révolte. On lui vole sa terre. La Nouvelle-Calédonie vit une période d’insécurité avec ce colonia­lisme répressif. Les révoltes sont violentes. Le mari est assassiné dans la presqu’île Ducos. Le retour des bagnards en France se fait dans des conditions effroyables.

L’auteure en dresse un tableau, qui éclaire ce que fut la vie des déportés et leur retour. Ils ont tout donné à la cause de cette république universelle démocratique et sociale.

Cette biographie romancée nous replonge dans le combat courageux de ces femmes de la Commune tant les portraits sonnent juste.

Maguy Roire

 

Terre de bagne

Marinette Delanné, Au bagne de Nouvelle-Calédonie, Éditions du Petit Pavé, 2021.

Marinette Delanné, Au bagne de Nouvelle-Calédonie, Éditions du Petit Pavé, 2021.

Très beau et très impression­nant livre que cet ouvrage consacré à ce lieu de souf­frances, de violences sadiques aux antipodes de la France métropolitaine, Au bagne de Nouvelle-Calédonie.

En effet Marinette Delanné nous révèle la vie des bagnards, leur voyage, le mépris à leur égard de la part de l’administration péniten­tiaire et son arbitraire. Elle souligne que cette île fut une concentration de lieux de détention qui visait la coloni­sation totale et l’élimination de la population kanak. C’est toute l’histoire du bagne qui est rapportée depuis 1864 jusqu’à la fermeture des éta­blissements en 1931. Le livre est illustré de très belles photos prises par l’au­teure lors de ses deux séjours. Le texte est enrichi de cita­tions des autorités, de témoi­gnages des bagnards comme Allemane, de biographies des communards. C’est un vrai tra­vail de référence.

Les conditions de vie sont effroyables tant pendant le voyage — les maladies, le scorbut — que sur place ; les individus couchent dehors sous une pluie diluvienne. Les communards savent écrire et parler, ils revendiquent. Alors l’administration les condamne à la mise aux fers, à la prison avec tortures telles que la cra­paudine, les poucettes. La haine des garde-chiourmes se traduit au quotidien. Les contrats de chair humaine assuraient aux entreprises locales une main-d’oeuvre bon marché. Les terres kanak sont confisquées au profit des concessionnaires. La perver­sité du système consiste à opposer les bagnards et les Kanak pourtant objets de la même oppression. Le droit est banni comme le soulignent de nombreux témoignages. Peu de communards s’intéresse­ront à la culture kanak lors de leur révolte de 1878, hormis Louise Michel ou Allemane.

Dans l’ennui, la souffrance, la vie s’étire, peu d’évasions, plus de 570 communards meurent sur place. Enfin le retour à partir de 1880 est souvent source de désillu­sions. La commission parle­mentaire publie un rapport éloquent et les témoignages repris par Marinette Delanné ont la force du vécu.

La terre de Nouvelle-Calédonie contient les vestiges et les sym­boles des souffrances de celles et ceux qui voulaient un monde meilleur.

Francis Pian

 

Dictionnaire de la Commune

Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, L’Amourier éditions, 2021.

Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, L’Amourier éditions, 2021.

Le 18 mars 1971, paraissait le Dictionnaire de la Commune de Bernard Noël, le poète, romancier, essayiste, drama­turge et critique d’art qui vient de nous quitter le 13 avril 2021. Ce dictionnaire a été réédité, sans son iconogra­phie première, en 2001 aux éditions Mémoires du livre.

En cette année du 150e anni­versaire, ce sont les éditions L’Amourier qui nous proposent cet ouvrage, avec une préface augmentée, de grand intérêt, pour ouvrir des portes vers des découvertes plus com­plètes. En frontispice, un des­sin d’Ernest Pignon-Ernest.

« La vérité d’un événement se limite au fait qu’il a eu lieu. C’est donc son « avoir lieu » qu’il faut saisir, autrement dit, tous les aspects de sa survenue dans leur concomitance (…). La science que pratique la poé­sie ne passe pas pour être scientifique, qualité que réclame aujourd’hui l’histoire – ou tout au moins les histo­riens. »

De nombreux renseignements sont tirés des archives, des jour­naux, des ouvrages connus à l’époque ou des travaux récents jusqu’en 1971.

Ce livre n’aurait sans doute pas existé si Fernand Hazan, son premier éditeur, ne s’était laissé convaincre que le dic­tionnaire pouvait changer la lecture de l‘histoire.

Bernard Noël (1930-2021)

Ce dictionnaire comporte une chronologie et s’organise sui­vant un index thématique : la préparation de la Commune, les événements, les noms de 182 hommes et de 15 femmes. Il ajoute des infor­mations sur les ateliers coo­pératifs, les crèches, le divorce, l’émancipation, la prostitution… Les groupes sociaux sont inventoriés, la vie politique et sociale est analysée, où elle rencontre les vies quotidiennes, intellec­tuelles et 18 écrivains, dont George Sand.

Ce dictionnaire étale une longue liste des journaux d’époque, ce qui en fait ressor­tir un de ses points forts. Les grandes idées et les sentiments (autorité, calomnies, igno­rance, insurrection, utopies...) se différencient des idéologies (anarchie, athéisme, commu­nisme, socialisme, démocratie, fédéralisme, République…). Les communes de province sont évi­demment présentes.

L’armée de la Commune est un autre thème. On ne peut évi­ter Versailles et la répression.

C’est un dictionnaire. On trou­vera donc classés, étiquetés, reliés entre eux, les textes recherchés, selon l’ordre alpha­bétique, les mots de A à Z, de Aab Pierre, briquetier, l’un des 7496 communards condamnés à la déportation, à Zola et zone, avec une citation de 1891.

Michel Pinglaut

 

Volito, un poète à l’assaut du ciel

Volito, Le temps des cerises, 2021. 

Volito, Le temps des cerises, 2021.

L’histoire de la Commune n’étant pas enseignée à l’école, nom­breux sont ceux qui l’ont découverte à l’âge adulte et en ont éprouvé le sentiment d’une bouleversante injustice.

C’est ce qui est arrivé à Volito. Il avait 17 ans lors du 100e anniversaire de la Commune et, ce jour-là, il s’est fait la promesse de combler cette occultation des communards. Comme il est largement poète, il s’est mis en tête d’écrire une nouvelle Chanson de Roland, une épopée relatant les faits et gestes des oubliés de cette histoire.

L’arrivée du 150e anniversaire de la Commune a brusque­ment remis au premier plan cette promesse d’adolescent que la vie professionnelle, la vie tout court, avait quelque peu éloignée. Les commu­nards étaient partis à l’assaut du ciel, pourquoi Volito ne leur rendrait-il pas hommage en en faisant autant ? Ils le méritaient bien.

Après neuf années de travail, Volito publie une épopée de 60 chants et 17 000 vers en décasyllabes (4+6 ou 6+4) sur l’histoire de la Commune. Pourquoi décasyllabes et pas alexandrins ? Parce qu’ils étaient utilisés pour la Chanson de Roland et pour toute la poésie épique, puis dans les vers lyriques du XIIIe au XVIe siècle. Des vers ciselés pour être déclamés au coin des rues et des places. C’est un livre de poésie de 624 pages qu’il a publié à compte d’auteur sous le titre Le temps des cerises en décembre 2021. Mais il n’y en aura pas pour tout le monde puisque le tirage n’a été que de 100 exemplaires ! On ne le trouvera pas à la FNAC mais quelques exemplaires devraient prendre place au local de notre associa­tion ou directement à : printemps1871.wordpress.com.

Volito voulait qu’au-delà de l’histoire parfaitement docu­mentée, la Commune continue à vivre en nous au présent comme un désir de liberté, comme un désir de vivre. Pour lui, la Commune est avant tout une promesse. Et le pari est réussi puisque ce livre sera profondément jubilatoire pour tous les connaisseurs de la Commune.

Au fait, Volito est membre de notre association mais beau­coup le connaissent sous un autre nom !

Jean-Pierre Theurier

 

En prison de Versailles à Clairvaux

Eugène Émile Robinet, Journal de prison d’un communeux. Éd. Dittmar, 2020.

Eugène Émile Robinet, Journal de prison d’un communeux. Éd. Dittmar, 2020.

Eugène-Emile Robinet sera condamné le 23 novembre 1871 à la déportation simple pour avoir participé à l’insur­rection parisienne. Cette peine sera commuée en celle de cinq ans de prison avec dégradation civique. Il sera incarcéré comme « détenu insurrectionnel » après remise de peine jusqu’au 22 mars 1874. C’est le journal de ces mois de prison accompagné d’une intéressante iconogra­phie que nous livrent les édi­tions Dittmar.

Quelle chance pour un éditeur de découvrir un inédit, un témoignage d’un de ces ano­nymes qui ont participé à la Commune ! Celui-ci, menui­sier ébéniste de métier, parti­cipe à l’occupation de l’Imprimerie nationale puis du fort de Vanves et d’Issy. Dénoncé, il est arrêté au domicile de ses parents le 20 juillet 1871. Commence pour lui un sinistre cauchemar.

 

La sinistre quotidienneté

Comme nombre de Fédérés, il est ballotté de prisons pari­siennes en docks de Satory. Il subit les insultes, le mépris. La population versaillaise, remise de sa peur, se délectait à voir passer les convois de détenus. Cela nous le savons par P.-O. Lissagaray (1838-1901) et tant d’autres mais l’intérêt de l’ouvrage réside dans la relation au jour le jour de la vie des détenus, cette sinistre quotidienneté, l’at­tente de la venue des familles au parloir, les espoirs déçus, les angoisses, les condamna­tions, l’hygiène déplorable, les rats qui courent sur les corps, les brimades, la bêtise crasse des gardiens, bref la vie dans les prisons de la République bourgeoise qui se venge et veut étêter le mou­vement ouvrier.

 

Obligés à insulter l’espoir

Robinet nous livre les interro­gatoires bidonnés, les instruc­teurs militaires qui condam­nent avant le jugement, les demandes de grâce trafiquées et dictées par la hiérarchie militaire, incitant les condam­nés à honnir la Commune. La pire condamnation que d’obli­ger à insulter l’espoir que l’on a contribué à bâtir ! Les condamnés à mort ne sont pas tous exécutés mais la déportation en tuera de nom­breux à petit feu.

La vie s’installe dans l’attente. Certains chantent, récitent des poésies, élaborent des pièces de théâtre, donnent des cours de français comme Robinet. Les mouchards sont vite repérés. Et puis un jour, c’est le départ vers la prison de Clairvaux, les chaînes au pied, et la nouvelle humilia­tion que d’être mêlé aux droits communs. Un grand classique de la répression !

Francis Pian

 

Promenades dans Paris communard

Stefano Siviero, La Commune de 1871 : un voyage dans Paris. Douze promenades dans Paris communard, L’Harmattan, 2021.

Stefano Siviero, La Commune de 1871 : un voyage dans Paris. Douze promenades dans Paris communard, L’Harmattan, 2021.

Une introduction pour rappe­ler que la Commune fut l’un des premiers conflits à être photographié, et qu’on dis­pose d’une riche documenta­tion visuelle. Elle est utilisée ici pour repérer les lieux exacts et les comparer avec leur physionomie actuelle, avec des commentaires inté­ressants. Plutôt qu’un guide, c’est un livre très complet qui fait des allers-retours entre l’histoire, les lieux de vie quo­tidienne et le souvenir des barricades. À travers d’excel­lentes illustrations d’artistes, des plans et des photos, on vit pleinement ce Paris assiégé. Douze promenades replacées dans leur contexte historique illustrées par des plans au format numérique ainsi que par des photos qui comparent l'état des lieux au printemps 1871 et aujourd'hui.

Maguy Roire

 

Un album sur la Commune

Vive la Commune !, Collection Never Forget, Éditions Krasnyi, 2021.

Vive la Commune !, Collection Never Forget, Éditions Krasnyi, 2021.

Ils sont quatre : Sixtine D’Ydewalle, Manu Scordia, Thibaut Dramaix, Karim Brikci-Nigassa à avoir conçu cet étrange album sur le sort tra­gique de la Commune.

90 pages en noir et blanc réalisées comme des planches à dessins ani­més, pour nous faire revivre et comprendre ce que fut la Commune.

Très complet, que ce soit sur les réalisations de la Commune, sur la répression, sur sa fin tragique et sur l’expérience transmise, qui permet d’écrire que « la Commune n’est pas morte ». Et avec l’intention, aussi, de faire découvrir ce que fut la Commune à nos amis belges.

Maguy Roire

Dernières publications sur le site