La Commune de Paris

mardi 16 octobre 2012

La Commune de Paris : chronologie [1]

1870 : la guerre, le siège de Paris et le début du mouvement révolutionnaire

- 19 juillet : Déclaration de guerre de la France à la Prusse.

- 2 septembre : Défaite de Sedan. Capitulation de l’armée de Mac Mahon à Sedan. Napoléon III est prisonnier.
- 4 septembre : Le Palais-Bourbon est envahi par les manifestants.
Proclamation de la République à l’Hôtel de Ville de Paris. Formation du gouvernement de la Défense nationale présidé par le général Trochu.
- 5 septembre : Formation du Comité central des vingt arrondissements issu des comités de vigilance formés dans les arrondissements.
- 15 septembre : La 1re affiche rouge, signée par les membres du comité central des vingt arrondissements réclame la guerre à outrance et la levée en masse dans les départements. Échec des négociations Bismarck-Jules Favre à Ferrières.
- 19/20 septembre : Blocus de Paris. La capitale est encerclée par 180 000 Prussiens.
- 28 septembre : Capitulation de Strasbourg.

- 7 octobre : Départ de Gambetta en ballon : il gagne Tours où se trouve la Délégation du gouvernement et commence à organiser des armées de secours pour Paris.
- 27 octobre : Le maréchal Bazaine capitule à Metz.
- 28/30 octobre : Echec de la tentative de sortie du Bourget.
- 31 octobre : Journée insurrectionnelle à Paris. Flourens et ses tirailleurs de Belleville prennent l’Hôtel de Ville, perdu dans la soirée.

- 1 er novembre : Arrestations parmi les insurgés, malgré les promesses faites.
- 3 novembre : Un plébiscite confirme à Paris les pouvoirs du gouvernement de la Défense nationale.
- 5/7 novembre : Élection des municipalités d’arrondissement.

- 2/3 décembre : Dislocation de la 1re armée de la Loire à Patay et Artenay. Orléans est repris par les Allemands.
- 3 décembre : Échec de la tentative de sortie de Champigny.
- 21/22 décembre : Échec de la seconde tentative de sortie du Bourget.

1871 : la fin de la guerre et la Commune

- 5 janvier : Début du bombardement de Paris par les Prussiens.
- 6 janvier : La 2e affiche rouge du Comité central des vingt arrondissements appelle à la lutte à outrance et à la formation de la Commune.
- 3/17 janvier : Défaites des armées de Gambetta dans le Nord, sur la Loire et dans l’Est.
- 18 janvier : Guillaume II, roi de Prusse est proclamé empereur d’Allemagne à Versailles, dans la galerie des glaces du château.
- 19 janvier : Échec de la tentative de sortie de Buzenval et de Montretout. Défaite de l’Armée du Nord à Saint-Quentin.
- 21 janvier : Des gardes nationaux libèrent Flourens, détenu à Mazas, et d’autres détenus arrêtés après le 31 octobre 1870. Flourens est réinstallé à la mairie de Belleville.
- 22 janvier : Échec d’une tentative insurrectionnelle place de l’Hôtel de Ville. Une fusillade fait cinq morts parmi les manifestants. Le général Vinay dirige la répression.
- 28 janvier : Signature de l’armistice.
- 29 janvier : Défaite de l’Armée de l’Est dont les débris passent en Suisse.

- 8 février : Élection de l’Assemblée nationale : 36 des 43 députés de la Seine sont des républicains hostiles à la capitulation.
- 15 février : Constitution provisoire de la Fédération de la Garde nationale.
- 17 février : À Bordeaux où s’est réunie l’Assemblée nationale, Adolphe Thiers est désigné comme chef du pouvoir exécutif.
- 24/26 février : Manifestations des gardes nationaux à la Bastille.
- 26 février : Signature à Versailles des préliminaires de paix qui prévoient la perte de l’Alsace-Lorraine.

- 1er mars : Les préliminaires de paix sont ratifiés par l’Assemblée nationale réunie à Bordeaux par 546 voix contre 107.
- 1er/3 mars : Les Allemands entrent à Paris et occupent les Champs-Élysées.
- 3 mars : Le général d’Aurelle de Paladines - accusé par les Républicains d’être responsable de la défaite de la 1re armée de la Loire - est nommé commandant de la Garde nationale.
- 7 mars : Retour au fonctionnement antérieur du Mont-de-Piété.
- 10 mars : Abrogation du moratoire des loyers et des effets de commerce. La solde des gardes nationaux est supprimée. L’Assemblée décide de siéger non à Paris mais à Versailles.
- 11 mars : Le général Vinoy qui commande les troupes de Paris interdit plusieurs journaux républicains.
- 10/15 mars : Constitution du Comité central de la Garde nationale.
- 17 mars : Un conseil des ministres présidé par Thiers au Quai d’Orsay décide de faire enlever les canons qui sont à Montmartre et de faire ensuite arrêter les principaux meneurs révolutionnaires.
- 18 mars : Début de l’insurrection communaliste. Échec de l’enlèvement des canons à Montmartre et Belleville. La troupe fraternise avec les insurgés. Les généraux Lecomte et Clément Thomas sont fusillés. Les autorités évacuent Paris et le Comité central de la Garde nationale s’installe à l’Hôtel de Ville.
- 19 mars : Proclamation de la Fédération de la Garde nationale. Le Comité central de la Garde nationale annonce des élections communales.
- 19/24 mars : Échec des négociations entre les maires d’arrondissement et députés de Paris, d’une part, et Comité central de la Garde nationale, d’autre part, pour éviter la guerre civile. Les maires de Paris sont accueillis par des huées à l’Assemblée nationale.
- 22 mars/4 avril : Mouvements communalistes en province : à Lyon (22-25 mars), à Marseille (23 mars-4 avril), à Narbonne (24 mars), à Toulouse (24-27 mars), à Saint-Étienne (24-28 mars), au Creusot (26 mars).
- 26 mars : Élections de la Commune de Paris.
- 27 mars : Installation de la Commune de Paris.
- 28 mars : Proclamation, à l’Hôtel de Ville, de la Commune de Paris.
- 29 mars : La Commune nomme dix commissions. Abolition de la conscription et des armées permanentes. Remise des trois derniers termes de loyers et suspension des ventes au Mont-de-Piété.

- 2 avril : Séparation de l’Église et de l’État. Offensive surprise des Versaillais sur Courbevoie.
- 3/4 avril : Échec des tentatives de sortie des fédérés sur Rueil, Bougival et Châtillon. Flourens et Duval, faits prisonniers, sont fusillés sans jugement.
- 6 avril : En riposte à cette exécution, la Commune vote le décret des otages. Mac Mahon est nommé commandant en chef de l’armée de Versailles.
- 11 avril : Début des opérations menées par l’armée de Versailles. Constitution de l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés.
- 12 avril : Décret sur les échéances : toutes les poursuites sont suspendues.
- 16 avril : Décret sur la réquisition des ateliers abandonnés.
- 17 avril : Moratoire des effets de commerce.
- 19 avril : Vote par la Commune de la Déclaration au peuple français.
- 24 avril : Réquisition des logements vacants.
- 27 avril : Décret interdisant dans les ateliers le système des amendes et des retenues sur salaires.
- 28 avril : Publication de l’Appel au peuple de campagnes. Interdiction du travail de nuit dans les boulangeries. Formation d’une commission pour organiser l’enseignement laïc, primaire et professionnel.
- 30 avril : Démission de Cluseret, délégué à la Guerre, remplacé par le colonel Louis Rossel.

- 1er mai : Création par la Commune d’un Comité de salut public.
- 7 mai : Dégagements gratuits des objets déposés au Mont-de-Piété et d’une valeur inférieure à 20,00 F.
- 9 mai : Prise du fort d’Issy par les Versaillais.
- 10 mai : Démission de Rossel, remplacé le lendemain par Delescluze.
- 15 mai : Appel de la Commune aux grandes villes de France. Sécession de la minorité de la Commune qui refuse les dérives autoritaires du comité de salut public.
- 16 mai : La colonne Vendôme est abattue.
- 19 mai : Décret de laïcisation de l’enseignement
- 21 mai : Les troupes de Versailles entrent dans Paris par la porte de Saint-Cloud. Delescluze lance un appel à la Résistance.
- 21/28 mai : La Semaine sanglante : des milliers de communards sont exécutés sans jugement. Massacres et incendies. Les otages sont exécutés. Dernières barricades dans l’est de Paris.
- 29 mai : Reddition du fort de Vincennes qui était aux mains des communards mais qui n’avait pas participé à la guerre civile. Plusieurs officiers sont fusillés.

- Juin : Mise en place des conseils de guerre.

- 28 novembre : Exécution de Rossel, de Ferré et du sergent Bourgeois du 45e de ligne au camp de Satory.

1872

- 14 mars : Dissolution générale des gardes nationales. Loi Dufaure interdisant l’affiliation à l’Internationale.

- 3 mai : Départ du premier convoi de déportés pour la Nouvelle-Calédonie.

- 29 septembre : Arrivée à Nouméa (Nouvelle-Calédonie) du 1 er convoi de déportés.

1875

- 30 janvier : L’amendement Wallon, voté à une voix de majorité permet l’instauration de la République.

1876

- Février et mars : Les élections donnent une forte majorité aux républicains à l’Assemblée nationale.

1879 et 1880 : l’amnistie et le début de la célébration

- 3 mars 1879 : Vote d’une loi d’amnistie partielle.

- 23 mai 1880 : 1re commémoration de la Commune au mur des fédérés.

- 11 juillet 1880 : Vote de la loi d’amnistie pleine et entière.


[1Chronologie d’après celle établie par Claude Latta dans « La Commune de 1871 – L’événement, les hommes
et la mémoire » ; actes du colloque de Précieux et Montbrisson les 15 et16 mars 2003, sous la présidence de Michelle Perrot et Jacques Rougeries. Publication de l’Université de Saint-Etienne, 2004.


Navigation

Articles de la rubrique