Nuit du 24 au 25 mars 1871

La région de Saint-Etienne est une terre de luttes ouvrières et depuis 1865 de grandes grèves s’y succèdent. En 1869, celle des mineurs de la Ricamarie eut un retentissement national. L’infanterie tira sur la foule, assassinant une quinzaine de civils dont un enfant de trois ans. L’épisode, qui inspirera Zola pour Germinal, fut en événement fondateur du mouvement ouvrier.

Ouvriers mineurs 1869 fusillade du Brûlé - La Ricamarie Saint-Etienne (gravure 1883)

Depuis le Quatre-Septembre, la ville est dirigée par des républicains modérés, à l’image du pouvoir central. Les ouvriers, qui se sont enrôlés en nombre pour défendre la Patrie en danger, n’ont plus confiance en cette bourgeoisie qui, de son côté, a boudé l’emprunt patriotique.

Dès le 31 octobre, les socialistes réclament un pouvoir municipal et, à partir du 29 décembre, un journal, « la Commune », porte leur voix. Ils tiennent le Comité central républicain, tandis que les modérés se replient dans l’Alliance républicaine.

Le 23 mars, 5 jours après le soulèvement parisien et dans le sillage de la proclamation de la Commune de Lyon, une délégation demande au Conseil municipal de se dissoudre. Celui-ci s’y résout mais décide de rester en fonction jusqu’à l’organisation de nouvelles élections.

Bien sûr, c’est insuffisant. Le 24 mars, vers 22 heures, la foule envahit l’hôtel de ville, des officiers loyalistes sont faits prisonniers. À 2 heures du matin, la Commune est proclamée et le drapeau rouge est hissé. Au petit matin du 25 mars, le bâtiment est évacué sans effusion de sang.

Assaut de l'Hôtel de Ville le 24 mars 1871. Dessin anonyme, fin XIXe s.

C’était sans compter sur le nouveau préfet, Henri de l’Espée, décidé à employer la manière forte. Il ordonne à la garde nationale de protéger l’hôtel de ville, et fait placarder une annonce humiliante où il se vante de « la complète retraite des séditieux » à « la seule apparition de quelques bataillons. »

Le préfet Henri de l'Espée - Le 27 mars, l'Assemblée nationale décréta qu'il avait bien mérité de la patrie. Ses funérailles, en grandes pompes, eurent lieu  le 30 mars 1871 à  la Grand Eglise.Il envenime ainsi une situation qui avait toutes les chances de tourner à son avantage. En effet, les insurgés semblaient refroidis par l’échec, le jour-même, de la commune de Lyon. Mais cette provocation les pousse à la contre-offensive. À partir de là, la situation est confuse. La garde nationale bascule du côté des communards et, à midi et demi, de nouveaux délégués se présentent à l’hôtel de ville pour demander un referendum, pour ou contre la Commune. Le conseil municipal accepte, mais le préfet de l’Espée refuse. À 16 heures 30, Il est fait prisonnier. Les esprits s’échauffent, des coups de fusils claquent. L’Espée est tué. Les incidents font d’autres victimes, jusqu’à quatre selon les sources.

Privée du soutien populaire des Stéphanois, qui n’assument pas cette violence, l’action de la Commune de Saint-Étienne s’éteint. Le 27 mars des troupes arrivent de Lyon. Le 28 mars, les insurgés se rendent sans combattre. Le drapeau rouge ne flotte plus sur l’hôtel de ville.

Sources :

* Article de Marcel Sapey dans la revue Europe (n° 70, octobre 1951, pp. 87-95), repris dans :

https://www.commune1871.org/la-commune-de-paris/histoire-de-la-commune/dossier-thematique/les-communes-en-province/816-la-commune-a-saint-etienne-du-24-au-28-mars-1871

* Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Commune_de_Saint-%C3%89tienne