Pour le 150e anniversaire de la Commune de Paris, la Société d’histoire de Revel/Saint-Ferréol marque le coup en proposant une conférence sur un Communard revélois, Augustin Avrial. Elle s'est  ce jeudi 18 novembre 2021. Auteur d’un ouvrage sur cette personnalité historique, Jean-Paul Calvet a évoqué le parcours de ce Revélois au destin hors du commun.

Conférence sur un Communard revélois, Augustin Avrial par Jean-Paul Calvet - 18 novembre 2021

« Né en 1840, Augustin Avrial est resté inconnu de la plupart des historiens. Pourtant, dans sa vie mouvementée par les conflits sociaux de son époque, il s’est illustré maintes fois comme un important activiste » explique le président de la Société d’histoire. Avec son épouse Louise Talbot, il a été de tous les combats du monde ouvrier de cette époque. Il fut fondateur et sociétaire actif d’organisations ouvrières. Toujours en première ligne dans cette grande histoire de la fin du XIXe siècle, il a connu les plus grands : Clémenceau, Garibaldi, Louise Michel, le général Boulanger, Victor Hugo, Karl Marx… « Directeur de l’Artillerie lors de la Commune insurrectionnelle de Paris en 1871, membre du Comité de l’Hôtel de Ville durant les évènements, il réussit de justesse à échapper aux grandes purges de Thiers », raconte Jean-Paul Calvet.

Lors de la Semaine Sanglante, il se porte avec le 66e bataillon dès le premier jour à la défense des quartiers ouest de Paris. Il tient jusqu’à la fin sur les barricades. Contraint à l’exil, Augustin Avrial, alors à Londres, est condamné à mort par contumace. Amnistiée en 1880, Louise Talbot, elle, sera incarcérée un temps puis libérée. Ils continueront leur vie militante en tentant d’imposer leur logique démocratique et républicaine, ainsi que leurs valeurs humanistes. Commencera alors pour Augustin Avrial une seconde vie : celle d’inventeur qui le conduit à déposer différents brevets dont une des premières machines à coudre pneumatique, un motocycle à pétrole, un immense ballon ascensionnel, des "hippodromes mécaniques". Lors de l’Exposition Universelle de Paris de 1889, il aidera Gustave Eiffel en coordonnant plus de 60 corps de métiers pour bâtir la Tour Eiffel et plusieurs bâtiments. Lors de la conférence, le public sera invité à signer une pétition pour demander à la mairie de Revel qu’une rue de la ville porte le nom d’Augustin Avrial, comme l’a fait la mairie de Paris, en mai dernier, en attribuant les noms de Louise Talbot et Augustin Avrial à un espace vert de 1 000 m².

Dernières publications sur le site