Le parcours Communard de la Bastille à l'Hôtel de Ville  - Le 18 mars vue de province

Chaque 18 mars, l'Association des Amies et Amis de la Commune de Paris organise un parcours dans un arrondissement de Paris. Cette année le journal l'Humanité nous a aidé à enregistrer ce parcours Bastille- Hôtel de Ville.

Parcours de la commémoration du début de la Commune 18 mars 2021 - Place de la Bastille à l'Hôtel de Ville (Cliquer  sur l'image pour voir la vidéo - Parcours Commune de Paris 18 mars 2021 - durée 37 ')

Voir la vidéo - Parcours Commune de Paris 18 mars 2021 - durée 37 '

 

Et pendant ce temps-là en province …

Le 18 mars dans la presse des Côtes-du-Nord

Le département des Côtes-du-Nord est dans les années 1870 un département essentiellement rural, sous l’emprise de l’Église (surtout en pays Gallo). C’est un département légitimiste, lors des élections pour l’assemblée nationale le 8 février 1871 on assiste à un véritable raz de marée conservateur et royaliste, le seul républicain Glais-Bizoin est battu.

Aussi la presse locale ne voit dans les événements parisiens du 18 mars que désordre à réprimer plus ou moins pacifiquement.

Certains journaux se contentent de relater l'événement par leur correspondant ou en reprenant les articles de la presse parisienne ou les déclarations du gouvernement légitime installé à Versailles.

Nous citerons trois journaux.

Le Publicateur des Côtes-du-Nord 23 mars 1871Le Publicateur des Côtes-du-Nord qui sera plus virulent le 1er juin après l'écrasement de la Commune, se contente de donner des "Nouvelles de Paris" le 23 mars.

D'autres plus marqués politiquement n'hésitent pas à prendre parti comme les journaux catholiques.

L'Indépendance bretonne 20 mars 1871.jpgAinsi l'Indépendance bretonne (journal catholique de St Brieuc) par la plume de son directeur appelle à la résistance contre Paris :

" Nous jurons que les Bretons ne lèveront pas la crosse en l'air. Nous sommes les défenseurs de l'ordre et de la liberté ... Chargeons nos fusils ! "

 

Le Lannionnais du 25 mars signale que de nombreux électeurs ont protesté contre les très graves événements qui se sont déroulés à Paris et assurent le gouvernement de Thiers de leur obéissance.

Le Lannionnais du 25 mars 1871

Le 18 mars dans la presse du Finistère (Brest)

Nous ne citerons qu’un seul journal qui tout en condamnant les troubles du 18 mars considère que le gouvernement de Thiers a commis de nombreuses fautes qui ont aggravé la situation.
Dans l’Electeur du Finistère du 21 mars sous le titre « Pauvre France ! » on peut ainsi lire :

L'Électeur du Finistère 21 mars 1871